Diploma: INSA 2007

A1 de présentation

Un parc pour Michelin

 

 

Une nouvelle piste de redéploiement urbain

Introduction
Le site sur lequel j’interviens pour ce diplôme constitue une partie de l’usine Michelin Cataroux à Clermont-Ferrand. J’ai choisi ce site car la vue du bâtiment des pistes m’a toujours intriguée et fascinée. Sa forme soulève une question sur son origine et sa fonction. Ces pistes appartenant à la friche industrielle de la manufacture, il s’agit donc aussi de proposer un redéploiement pour ce site.

 

Planche01Planche02Planche04Planche03

 

Contextes

Photo 019maquette 1:1000

– Situation :

Clermont-Ferrand est une véritable ville carrefour, à l’intersection des axes Paris Barcelone et Lyon Bordeaux, Clermont-Ferrand est située au cœur de la France. Cette situation fait d’elle un lieu idéal de rencontres économiques, culturelles et humaines.

– Géographique :

Le site que j’ai choisi étudier se localise au niveau de l’usine Cataroux de Michelin. Une friche industrielle de 12-14 hectares comprise dans une manufacture de 40 hectares, probablement en accession à la ville dans les 20-30 prochaines années. La proximité du gros carrefour routier des deux deux fois deux voies génère d’importantes césures entre les quartiers. En effet, les quartiers se tournent le dos et ne se ressemblent pas. Au nord, la cité ouvrière, actuellement mixte, à l’Ouest, une zone pavillonnaire des années 70-80, à l’Est, des immeubles de grands ensembles des années 60, au sud la ville de Montferrand établie selon les plans des bastides du XIIème siècle et les manufactures de Michelin.

– Historique :

Clermont-Ferrand est née de la fusion entre Clermont et Montferrand. Seulement pour des raisons d’origines historique différentes, les deux sont restées longtemps rivales et on développée un interstice vierge. C’est dans cette espace qu’est venue, en 1920, s’implanter les premières entreprises de Michelin. Au fur et à mesure du développement de l’entreprise, Montferrand s’est retrouvée encavée entre les usines et la voie de chemin de fer.

Aujourd’hui, pour des raisons d’accessibilité et d’obsolescence, l’entreprise Michelin accepte de céder cette partie de l’usine à la ville pour un euro symbolique afin de mettre en avant l’image de la marque.

Pour répondre à cette demande, la ville et Michelin ont mis en place un programme autour du thème de la mobilité comprenant un musée sur Michelin, un centre de formation, des bureaux et des laboratoires de recherches.

– Politique de l’agglomération clermontoise :

L’agglomération clermontoise a pour projet de développer, à terme, un deuxième centre-ville au niveau de la ville de Montferrand. Le boulevard de la République suivi de plusieurs réalisations confirme cette volonté. Reste encore plusieurs projets à venir pour affirmer cette position.

– Diagnostique :

Photo 015maquette 1:1000

Ce site présente un patrimoine industriel fort avec l’image énigmatique que produisent les anciennes pistes d’essai. A l’origine ces structures permettaient de tester la durabilité des pneus. Des chars sur lesquels étaient montés des pneus étaient lancés depuis le bâtiment liant, ils accéléraient pendant la ligne droite et les courbures permettaient de reprendre l’inertie des chars. Un mouvement de va-et-vient était ainsi créé dans un contexte extrêmement bruyant. Cette technique dangereuse était unique en son genre, les pistes sont les derniers vestiges d’une telle technique.

Malgré que Clermont-Ferrand baigne dans l’aire des volcans d’Auvergne, la ville ne jouit pas d’un développement surabondant de parcs et jardins. A Montferrand, on ne recense aucun parc urbain. De plus, l’avenue Fernand Forest coupe tout accès à l’espace naturel du puy de Chanturgue.

 

Projet Urbain

Je propose ainsi d’aménager un parc urbain autour des pistes Michelin avec comme organisation : un dégagement bâti végétal autour des pistes afin de magnifier les pistes, une accroche à Montferrand par la densité, un soulèvement du parc au niveau du carrefour des pistes pour cadrer la place, continuer le front bâti et signaler l’entrée du parking relais qui viendra s’y enterrer. Un parking de plain-pied comme espace modulable (pouvant être facilement adaptable à une future partie de la ville) et un séquençage du parc Michelin. Le programme du parc propose une densité de bâti constituée de logements collectifs, d’une urbanisation afin d’intégrer les bâtiments présents dans un système urbain de rue, une place est dégagée pour valoriser le parvis de l’école primaire et un bâtiment culturel comme un théâtre pourrait se positionner en rotule afin de cadrer la place et d’orienter la voirie. Le parc est divisé par des percée visuelle sui pointent en direction du puy de Chanturgue, du puy de Dôme et de Montferrand et le Cardo, ancien tracé de Montferrand est prolongé en voie piétonne piste cyclable pour évoquer son importance historique. Enfin, un axe permet de lier le quartier de la Gauthière au réaménagement des remparts à venir de Montferrand. Un front végétal courbe viendra se mettre en tension avec la rigueur rectiligne imposée par les bâtiments pistes, on pourra aussi accentuer l’effet d’entonnoir avec une plantation d’arbres plus grands et plus espacé sur les extrémités.

Photo 020

Photo 026

maquette 1:500

Ensuite, je propose de conserver ce bâtiment car sa structure pourrait accueillir une halle d’exposition, l’ancien bâtiment des générateur électrique qui présente des certaines qualités architecturales et les pistes, bâtiment emblématique du site.

  Planche01Planche02Planche04Planche03

 

Projet Archi

   Photo 068Photo 033Photo 065

maquette au 1:200

Dans un premier temps, il a fallu épurer le bâtiment afin d’en conserver l’essentiel. Suite à ce travail, j’ai réalisé que les pistes pouvaient se résumer à une grande longueur, des extrémités incurvées et un bâtiment perpendiculaire (point de départ des chars) qui les relie.

Il s’agit d’un bâtiment purement technique : le contenant n’est qu’une conséquence du contenu.

Photo 037

Je propose d’y implanter la cité de la mobilité. Le programme de cette cité comprend : un musée consacré à Michelin avec une bibliothèque librairie, espace de vente et une partie réservée pour un espace d’exposition temporaire pouvant accueillir toutes sortes d’exposition relative au thème de la mobilité. Un auditorium viendrait se positionner dans l’extrémité d’une rampe et en face, le centre de formation. Le corps de la piste la plus fine recevra les bureaux et laboratoires alors que les extrémités, jugées comme actuellement inexploitable seront conservées comme vestige industriel.

Chaque intervention ne doit pas nuire à l’image que j’ai voulu conservé mais doit être mise en évidence pour signaler que le programme à changé.

Enfin, j’ai décidé de dégager le corps de la piste centrale pour une implanter une rue intérieure singulière qui permettra de proposer un espace de décompression par rapport au nœud routier et un espace intimes par rapport au parc public. Elle sera séquencée en différents patios qui desserviront respectivement tous les éléments du programme. Les volumes qui viennent s’y inscrire seront perçus depuis l’extérieure afin de signaler l’activité interne.

 

Photo 040

Vous pouvez aussi consulter l’intégralité du mémoire de diplôme  ici.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s